Sites SEVESO analyse et propositions CGT

Sites SEVESO analyse et propositions CGT

L’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen fin septembre 2019 à mis sur la place publique la question de la gestion des risques sur les sites industriels classés SEVESO.
Dans les Yvelines comme ailleurs, nous sommes tous concernés.

SEVESO… KEZACO ?

La directive Seveso est le nom générique d’une série de directives européennes qui imposent aux États membres de l’Union européenne d’identifier les sites industriels présentant des risques d’accidents majeurs, appelés « sites Seveso », et d’y maintenir un haut niveau de prévention. Cela concerne des entreprises qui ont une activité liée à la manipulation, la fabrication, l’emploi ou le stockage de substances dangereuses (par ex.: raffineries, sites (pétro)chimiques, dépôts pétroliers, dépôts d’explosifs…).

Où sont les sites classés SEVESO ?

Il existe prés de 1300 sites SEVESO en France, dont 131 en Ile de France et une douzaine dans les Yvelines (Achères, Beynes, Bréval, Coignières, Conflans Saint Honorine, Follainville-Dennemont, Fontenay-Mauvoisin, Gargenville, Lainville-en Vexin, Maurepas, Rosny sur seine, Saint Lubin de la Haye).
Une carte interactive permet des les retrouver en cliquant sur ce lien.

Une augmentation des accidents au niveau national…

Depuis trois ans, l’accidentologie augmente sur les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), c’est-à-dire les exploitations industrielles et agricoles pouvant engendrer des risques, des pollutions ou des nuisances pour la sécurité et la santé des riverains.
Selon l’Inventaire 2018 du Bureau d’analyse des risques et pollutions industrielles (Barpi), paru en septembre 2019, 440 accidents industriels ont été recensés en France en 2018, contre 407 en 2017 et 362 accidents en 2016.

…et dans les Yvelines…

Dans les Yvelines, 2 exemples sont parlants :
24.02.2019 : Mini-marée noire : une fuite d’hydrocarbures sur un pipeline exploité par Total cause des dégâts écologiques considérables au cœur des Yvelines dans les champs et cours d’eau environnants.
03.07.2019 : Incendie du SIIAP : Incendie dans l’usine de traitement des eaux usées à Achères, des tonnes de poissons morts dans la Seine, des dégâts graves portés à l’écosystème, baignades et activités nautiques interdites, consommation des produits de la pêche interdite…

Quelle analyse ? Que Faire ?

Au regard des risques lourds qui pèsent sur les salariés de ces sites sensibles, pour la population alentours et pour l’environnement, nous ne devons pas être simple spectateur.
Il est possible de limiter les risques au maximum, mais cela ne peut pas se faire sans moyens appropriés, ni loi véritablement contraignantes.
Tant que les mesures de préventions nécessaires seront vu sous le prisme des “coûts” le risque existera et sera aussi élevé que le niveau de recherche de profit avant tout.
C’est cette approche économique qui fait que nous voyons disparaître des postes de pompiers et d’agents de prévention, que nous voyons se développer la sous-traitance avec son corollaire d’affaiblissement des niveaux de sécurité et d’accroissement de la précarité du personnel, que nous voyons des entreprises s’affranchir des règles de droit…
C’est pourquoi il est indispensable d’obtenir une réglementation vraiment contraignante avec des sanctions à la hauteur des enjeux.
Pour mémoire, pour une fuite à Lubrizol en 2013 (oui, encore Lubrizol…) une condamnation ridicule de 4 000 € a été faite pour la multinationale, dont l’actionnaire est le multimilliardaire Warren Buffet…
La réglementation doit donc imposer des sanctions lourdes en cas de non-respect de règles contraignantes.
De nouvelles normes doivent être édictées, par exemple :
– Maintien des CHS-CT et renforcement avec des prérogatives élargies sur les questions environnementales : création de CHSE-CT.
– Arrêt de la sous-traitance et de la précarité, pour des salariés formés et en nombre suffisant.
– Protection des salariés renforcée en matière de droit d’alerte (alerte en cas de risques non traités en interne auprès des services extérieurs habilités en matière de contrôle et d’inspection).
– Réaffirmation du droit d’alerte et de retrait des salariés (risque de danger grave).
– Revalorisation du niveau de sanction pour les entreprises, des pénalités lourdes.
– Renforcement des règles de sécurité.
– Renforcement des mesures de prévention.
– Renforcement des services de contrôle et d’inspection sur site.

La CGT a élaboré une analyse et des propositions que vous pouvez lire en cliquant ci-dessous :
Analyse et propositions CGT sites SEVESO

Articles et documents associés :
urgence sociale et urgence environnementale sont indissociables
– Analyse et propositions CGT sites SEVESO
Lien vers carte interactive des sites SEVESO en France

Imprimer cet article Télécharger cet article