Évolution du Travail Social au CD 78 : Éléments de réflexion contextuels 02.2018

Évolution du Travail Social au CD 78 : Éléments de réflexion contextuels 02.2018

Nous sommes dans une organisation de l’action sociale mouvante en perpétuelle évolution.

La capacité d’adaptation au changement est une constante dans le domaine du travail social, elle en est partie intégrante et nécessaire : adaptation à l’évolution des familles, des besoins, des dispositifs, des partenaires, du cadre législatif… etc.

À ces évolutions et adaptation naturelles, se sur-rajoute pour les professionnels de l’action sociale une évolution de l’organisation du travail continuelle au CD 78 : « Réorganisation », « redécoupage », « restructuration du réseau », « modern’yvelines », « refonte »…faire, défaire, refaire….
Depuis 10 ans, une nouvelle organisation du travail n’est pas stabilisée que les repères sont à nouveau modifiés…

Le changement n’est pas en soi le problème, ce qui l’est c’est ce changement perpétuel, variable, aléatoire, aux contours mouvants…

Cela est d’autant plus problématique que l’objectif cible est totalement incertain dans le cadre des réformes territoriales et d’enjeux politiques qui échappent aux professionnels (baisses des dotations états répercutées sur les budgets solidarité, rapprochement Yvelines/Hauts de seine, investissement/désinvestissement de la ruralité, évolution des compétences des collectivités…).

Cela provoque des déséquilibres dans l’organisation des services, une mise en insécurité professionnelle, une perte de sens du travail et une dégradation du service rendu.

Par ailleurs, ces évolutions s’inscrivent dans un contexte général de choc entre l’approche institutionnelle de la performance et de sa quantification (faire plus avec moins en fonction d’objectifs fixés) et l’approche professionnelle éthique de la qualité (faire avec et pour les familles en fonction de leurs besoins et problématiques exprimées et non-exprimées).

Le temps du dialogue avec l’usager, de la réflexion personnelle et avec les collègues, doit laisser la place à une réponse immédiate, standardisée et quantifiable.
Les travailleurs sociaux sont enjoints de répondre avec moins de moyens, en mettant en œuvre des dispositifs sociaux rabotés de plus en plus comparables à une logique de guichets.

Les réorganisations successives s’habillent d’objectifs officiels (prévention, proximité, qualité, efficience…) en complet décalage avec la réalité observée.

En réalité, elles visent souvent à produire un effet « de vitrine », à masquer la raréfaction des moyens, à gérer la pénurie de moyens humains et à orienter le travail sur des pratiques du type « question-réponse » et non plus sur l’écoute et l’accompagnement dans la durée.

Pour la CGT, il est urgent de stabiliser les équipes et les repères organisationnels.

Si refonte il doit y avoir, la règle du jeu doit être claire (calendrier, objectifs, moyens etc…) , la prise en compte de l’expertise des professionnels doit être réelle et non factice, la parole de chacun doit pouvoir être libre et s’exercer dans un cadre sans contrainte et elle doit avoir pour finalité :

  • L’intérêt du public, au cœur de nos missions,
  • L’amélioration de la reconnaissance de tous les professionnels de l’action sociale,
  • L’adaptation des moyens humains et matériels aux exigences d’un service public de qualité,
  • La clarification durable du cadre de travail et des règles collectives.

Pour approfondir les éléments de réflexions sur le contexte de cette évolution constante nous vous invitons à lire nos dossiers sur les dernières réorganisations, de nombreuses analyses et propositions CGT restent pleinement d’actualité. :

Nous vous invitons également à visionner cette vidéo de 7mn qui fait échos avec les nombreux échanges que nous avons avec les professionnels au CD 78.
« La Nouvelle Gestion Publique : la mise à mort du travail social ? » Cette vidéo du 18.01.2018 a été élaborée par des étudiantes en service social de l’Université de Sherbrooke au Québec dans le cadre du cours Déontologie et éthique. Une façon originale de mettre en scène leurs réflexions de fond !

La Nouvelle Gestion Publique : la mise à mort du travail social ?

La Nouvelle Gestion Publique : la mise à mort du travail social ? Tel était le sujet d'une équipe d'étudiantes du baccalauréat en service social dans le cadre du cours Déontologie et éthique, l'automne dernier. Visionnez leur récit numérique ayant remporté le prix « Coup de coeur » lors de sa présentation au mini-colloque de fin de session. Bravo à l'équipe pour cette création unique et originale !

Publié par École de travail social – Université de Sherbrooke sur jeudi 18 Janvier 2018

 

Imprimer cet article Télécharger cet article